Philosophie du fonctionnement de Force de Vivre

Quelles sont les origines du projet ?

    Ce projet a vu le jour à l’initiative de Constance HERVEY, en mars 2016, lorsqu’elle crée une association : “Fragments de Vie”, fruit de son analyse durant une vingtaine d’années des éléments qui maintiennent le système incestueux en place, et en considération des besoins des acteurs concernés par cette question.
Cette proposition, alternative et complémentaire aux structures et dispositifs existants, a durant 4 ans, pu être confirmée dans son bien-fondé par la pratique. Cette période expérimentale a permis de mettre en lumière les obstacles et la posture nécessaire à la réalisation d’une gouvernance partagée. Les fondements d’une coopérative étaient en place il n’y avait plus qu’à concrétiser juridiquement cette pratique ; ce fut fait en janvier 2020, date à laquelle la SCIC Force de Vivre voyait le jour !

Quelle philosophie sous-tend notre projet ?

Le système incestuel est une expression du système de domination, lequel génère des vécus de solitude et d’impuissance. Mais dès lors, comment aller vers un système de coopération, c’est-à-dire ancré dans le lien ? Comment retrouver notre pouvoir d’agir ?
Notre point de départ vient de l’analyse des éléments qui fondent le système incestuel et des besoins auxquels répondre pour tendre vers un système résilient, tel que proposé par Constance Hervey :

Système incestuel Système résilient

Dans quels cadres s’inscrit notre fonctionnement ?

Notre travail au sein de Force de Vivre est de mettre en application cette philosophie.
Pour cela, nous nous sommes rapprochés de l’éthique du monde de l’économie sociale et solidaire et de la coopération : ils sont les garants et les indicateurs dans nos évaluations que le cadre porte l’ensemble du projet. Autrement dit, ce sont des « lois externes » (et non des personnes) auquelles nous nous soumettons et qui assurent un cadre sécure en favorisant l’auto-régulation du système et donc sa péreinnité.

Nous nous référons alors à deux principes juridiques distincts :

Charte des bonnes pratiques ESS

Deux guides sont à notre disposition, auxquels nous nous référons pour évaluer notre pratique :

Les principes coopératifs

Comment s’organise notre SCIC en pratique ?

Pourquoi le choix d’une SCIC ?

La Société Coopérative d’Intérêt Collectif est un statut particulier qui ancre la place de chacun : égale et complémentaire autour d’un intérêt collectif. L’assemblée des sociétaires s’organise en groupes de réflexion pour identifier leurs besoins respectifs et mettre en place des propositions adaptées en dialogue avec l’ensemble des sociétaires. 

Comment s’organisent nos groupes ? 

Mais en pratique, comment mettre en place un projet ?